Retour Accueil

Page Documents   
Renaissance du carillon du clocher de Baziège.
Pierre FABRE


     Il nous semble que si nous étions poète, nous ne dédaignerions point cette cloche agitée par les fantômes dans la vieille chapelle de la forêt, ni celle qu'une religieuse frayeur balançait dans nos campagnes pour écarter le tonnerre, ni celle qu'on sonnait la nuit, dans certains ports de mer, pour diriger le pilote à travers les écueils. Les carillons des cloches, au milieu de nos fêtes, semblaient augmenter l'allégresse publique : dans des calamités, au contraire, ces mêmes bruits devenaient terribles. Les cheveux dressent encore sur la tête au souvenir de ces jours de meurtre et de feu, retentissant des clameurs du tocsin. Qui de nous a perdu la mémoire de ces hurlements, de ces cris aigus, entrecoupés de silence, durant lesquels on distinguait de rares coups de fusil, quelque voix lamentable et solitaire, et surtout le bourdonnement de la cloche d'alarme ou le son de l'horloge qui frappait tranquillement l'heure écoulée ? Chateaubriand.

     Ces quelques lignes de Chateaubriand résument à elles seules le passé et la vocation profonde des cloches de nos villes et villages.
     Les cloches ne sont pas nées avec l'apparition du christianisme. C'est un des plus vieux instruments sonores que nous connaissons. Contemporaines de l'apparition de la métallurgie, elles vont permettre aux hommes de communiquer.
     En Chine, elles seraient apparues il y a 4000 ans : les annales de la Chine rapportent que l'Empereur Hoang-ti fit fondre vers 2260 av J.C., douze cloches. Le musée de l'histoire chinoise à Pékin présente des clochettes de l'époque Shang (XVIII°-XI° siècles avant notre ère).
     D'après la Bible, le grand prêtre Aaron portait une tunique où pendaient des clochettes d'or. Le roi David est représenté sur plusieurs manuscrits jouant du carillon en signe d'allégresse. De petites cloches de bronze, de 1000 ans av JC ont été découvertes dans le palais babylonien de Nemrod et sont actuellement exposées au British Museum.

Toilettage du clocher (mars 2000)

     Au temps des grecs et des romains, on sonnait les cloches pour accueillir les réponses des oracles, avertir de l'heure d'ouverture des bains, des repas et des marchés.
     En Gaule, la cloche est arrivée dans les bagages des envahisseurs romains : les fouilles archéologiques ont exhumé un peu partout des cloches ou des restes d'origine gallo-romaine.
     Les premiers chrétiens firent de la cloche un symbole d'appel et de ralliement. Ce sont eux qui adaptèrent le battant à la cloche, permettant la frappe depuis l'intérieur, puis en modifièrent la forme en donnant au cylindre une forme évasée.
     Les premières cloches de nos contrées n'étaient pas fondues, mais faites de deux plaques de métal rivetées ou modelées au marteau.
     La tradition veut qu'au V° siècle ce soit l'évêque Saint Paulin, de Nola qui installa les cloches dans les églises. Nole est dans la province italienne de Campanie qui donna son nom aux cloches (campana en occitan). Le mot cloche, lui, vient d'un mot de l'irlandais ancien cloc.
Le clocher vu du côté Est.
Tout à fait en haut, bien visible, la plus ancienne cloche du carillon.
Remarquer à droite de la photo, vers le bas, les deux magnifiques baies romanes géminées à arc cintré outrepassé.
Les huit cloches des quatre baies à arceaux gothiques sont fixes. Les cloches à la volée sont sur le côté ouest du clocher, deux au même niveau et une à l'étage supérieur.
     Au début du Moyen-Age, les cloches sont apparues dans les milieux monastiques, les seuls qui, dans la tourmente des flux et reflux des différents envahisseurs, avaient gardé une vie organisée et structurée. Elles ponctuaient les divers moments de la vie monacale. Fin VIème , Saint Colomban atteste de l'existence d'une cloche dans le monastère de l'île d'IONA en Ecosse.
     C'est au temps de Charlemagne que l'église de chaque village se dote de cloches pour appeler les fidèles aux offices. Les conciles d'Aix la Chapelle (en 801 et 817) déclarent que la sonnerie des cloches est un acte sacré qui revient aux prêtres et décident que chaque église paroissiale doit être munie de deux cloches et que chaque cathédrale d'au moins six cloches.
     C'est aussi à cette époque que les procédés de fabrication des cloches et leurs formes vont se fixer. On s'aperçut que si le bord inférieur était plus épais, la cloche résistait mieux à la frappe du battant et son timbre s'en trouvait modifié.


Campana: En français, ce radical se retrouve dans les mots campaniforme, campanaire, campanologie, campanile. -Retour -



Ecouter le carillon

  Retour accueil.

Suite